Sculptures dans la ville - 2021 18 juin - 31 août

Exposition: Bob Verschueren

L’été dernier, les fourmis rouges de Nicolas Eres avaient colonisé plusieurs murs du centre-ville, clin d’œil à la nature qui finit toujours par reprendre ses droits.
Cet été, c’est Bob Verschueren qui apporte sa contribution artistique au paysage urbain dans le cadre de Sculptures dans la Ville.

Depuis plus de quarante ans, cet artiste belge porte ses réflexions sur l’indéfectible lien, parfois ambigu, entre l’homme et la nature. Il a réalisé plus de 380 installations, en Europe et partout dans le monde. A partir de végétaux qu’il récolte, recycle, transforme, il créé des œuvres éphémères en interaction avec l’architecture et l’environnement.

Quatre installations seront exposées du 18 juin au 31 août dans le centre-ville. Au Musée des arts décoratifs, « La Limite » se présente sous la forme d’un cône géant dressé à partir de branchages au milieu de l’orangerie. « Je travaille avec les performances du matériau lui-même. Je ne cherche pas à le contrarier. Pas de vis, pas de ligature ni de clou, mon vocabulaire de base est la nature. Cette installation prend la mesure de l’espace intérieur et permet en même temps de dissimuler le câble électrique qui pend au centre du plafond. Sa forme fait écho au médaillon trônant sur le corps de cheminée, tout comme aux arcs de la porte et la fenêtre. »

Dans « L’arbre à parole », place de Québec, on découvre des pots de fleurs qui ressemblent à des cloches et font écho à l’église Saint-Loup toute proche. Equipés d’un haut-parleur, ils diffusent des sons d’arbres et des textes de Dominique Sintobin, l’épouse et complice de l’artiste, en rapport avec la nature et Namur.

Dans les Jardins du Maïeur, un énorme cube en bois semble tomber du ciel et se fissurer comme une coquille d’œuf. « La graine », c’est le nom de cette installation, évoque la semence tombée sur le sol qui se met à germer. Un peu plus loin, sur le balcon du Bourgmestre, « Trois fleurs » portent un regard ironique sur le jardinier qui rêve de domestiquer la nature. Ici, ce sont les outils du jardinier, pelles et transplantoirs, plantés dans des pots en terre cuite qui constituent les fleurs. Pas besoin d’arrosage ni d’entretien !

« Naturellement », l’installation la plus imposante et sans doute la plus revendicative, investira la place de l’Ange du 15 juillet au 15 août. Elle fustige l’omniprésence du béton dans nos sociétés, devenu un véritable fléau écologique. Sauf qu’ici, la bétonneuse déverse de l’herbe et apporte ainsi un peu de nature autour d’elle.

Depuis des siècles, l’homme porte atteinte à son environnement sans comprendre qu’il se met lui-même en danger. A travers mes installations, je ne me prends pas pour le messie. Je souhaite juste stimuler les gens à réfléchir sur leur relation avec la nature. Tout ce qui permet de montrer les éléments de la nature avec un autre regard m’intéresse.

Venelle des Capucins 11, 5000 Namur, Belgique

+32 (0) 81 24 64 49

info@visitnamur.eu

Inscrivez-vous à notre newsletter
L'Office du Tourisme fermera exceptionnellement ses portes à 17h00 ce 17/06
+